Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

11 avril 2009 6 11 /04 /avril /2009 23:12

Elles produiront 53 millions de quintaux de blé dans cinq ans - 19 wilayas pour nourrir l’Algérie

La production céréalière des régions des Hauts-Plateaux devrait permettre à l’Algérie d’assurer, dans une certaine mesure, son indépendance alimentaire.
Les Hauts-Plateaux seront-ils un palliatif au Sud? Les épis de blé représentent la révolution agraire et l’agriculture par laquelle l’Algérie devait assurer son autosuffisance alimentaire. La souveraineté nationale d’un pays a de tout temps été jaugée par le niveau de sa sécurité alimentaire. Consciente de cette équation, et contrainte d’atteindre cet objectif, l’Algérie a mis en place une véritable stratégie agricole.
Pour ce faire, les pouvoirs publics comptent mettre les bouchées doubles. A cet effet, le ministère de l’Agriculture et du Développement rural prévoit une production de plus de 53 millions de quintaux de céréales par an à l’horizon 2014 grâce à l’engagement d’un programme conséquent d’intensification qui va concerner toutes les filières agricoles, notamment céréalière.
«Avec la mise en œuvre de ce programme, il est attendu à l’horizon 2014 une production de céréales de 53,7 millions de quintaux, dont 36 millions de quintaux de blé», a précisé le ministère. Cette production sera assurée à hauteur de 80% par 19 wilayas des Hauts-Plateaux. Ainsi, perçue comme l’un des principaux éléments garantissant une sécurité alimentaire durable, la filière céréalière est placée au cœur de la politique du renouveau de l’économie agricole et du renouveau rural, projetée dans la perspective de la mise en œuvre du prochain programme quinquennal 2010-2014. L’objectif est d’atteindre une production à même de satisfaire le marché national et assurer l’autosuffisance alimentaire en matière de céréales, produits laitiers, pomme de terre. Sachant que le blé constitue l’aliment de base en Algérie, le montant de la facture des céréales, semoule et farine a doublé passant de 1,98 milliard USD en 2007 à 3,98 milliards USD en 2008. Aussi, l’Etat doit redoubler d’efforts afin d’atteindre un taux satisfaisant en matière de production nationale.
«La crise mondiale n’est qu’une alerte pour notre sécurité alimentaire» a déclaré, Rachid Benaïssa, ministre de l’Agriculture et du Développement rural lors d’une réunion regroupant le Forum des chefs d’entreprise (FCE) et le Groupe de réflexion Filaha. Et de dire haut ce que d’aucuns pensent tout bas. «La sécurité alimentaire relève de la souveraineté nationale, il est donc impératif que l’ensemble des acteurs du secteur se mobilisent de la façon la plus cohérente pour faire de l’agriculture un secteur central et stratégique de création de richesses dans notre pays», a-t-il souligné. Pour réussir ce défi, le ministère a appuyé sa démarche par la signature des contrats de performances avec les 48 wilayas du pays pour améliorer la production nationale dans toutes les filières et assurer la sécurité alimentaire de l’Algérie, en tant que facteur garantissant la cohésion sociale. Il était temps. Il y a lieu de souligner qu’actuellement la céréaliculture n’est menée que sur une superficie moyenne ensemencée de 3,2 millions d’hectares avec une surface à potentiel avéré de 1,2 million d’hectares. Et quand on sait que la moyenne de production durant les quatre dernières années, a été de 34,3 millions de quintaux, (dont 23,3 millions de blé), avec des fluctuations liées au climat qui vont de 9,3 millions de quintaux (dont 7,6 millions de blé) en année sèche jusqu’à 43 millions de quintaux en année humide (dont 29 millions de blé), on comprend mieux la hausse de la facture alimentaire. En effet, l’Algérie importe régulièrement 50 millions de quintaux de blé. En outre, en 2008, l’Algérie a enregistré une faible production céréalière soit 17,3 millions de quintaux. Tandis que les importations de blés se sont élevées à 63,5 millions de quintaux, pour un coût de 3,9 milliards de dollars. En optant pour cette stratégie, l’Algérie ne veut plus dépendre des hydrocarbures. En effet, les besoins alimentaires de la population algérienne sont satisfaits grâce aux importations, lesquelles sont passées d’environ 2,8 milliards de dollars US en 2000 à 8 milliards de dollars en 2008. Or, avec la chute des prix de l’or noir, la sécurité alimentaire est plus que d’actualité

Source L’Expression

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires

L
Bonjour Samir<br /> Je n'ai pas très bien saisi le sens de votre question<br /> Si vous désirez un complément d'information je vous prierais de l'expliciter un peu mieux<br /> Cordialement,<br /> Le Pèlerin
Répondre
S
rendement du blé sur 6ans
Répondre
S
Personnellement,je ne crois pas beaucoup à ces déclarations tonitruantes qui tiennent plus de l'effet d'annonce que d'autre chose.On ne peut que saluer le courage epistolaire de ceux qui veulent vendre des ballons de baudruche dégonflés.Mais bon ! 
Répondre
L
<br /> Bonjours Stella Atlas,<br /> <br /> Vous me coupez l'herbe sous les pieds...Que puis je vous dire après cela...!!!<br /> Je pense qu'il est bon d'avoir des projets...Il est meilleur que de ne pas en avoir...<br /> L'un des griefs que l'on peut faire aux Algériens est de ne pas faire suffisament de prospective...Je ne peux les blamer lorsqu'ils en font...Certes la réalisation prend du temps...L'Algérie a les<br /> potentialités agraires pour atteindre ces objectifs...Le reste est un problème de culture ...des esprits ....là c'est certainement plus difficile...Mais soyons optimistes ..<br /> Je vous souhaite une bonne soirée<br /> Cordialement,<br /> Le Pèlerin<br /> <br /> <br />