Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

12 juillet 2010 1 12 /07 /juillet /2010 06:03

Pays-Bas: Pas de sacre à la tronçonneuse

pays-bas-abattus.jpg

Les joueurs de l'équipe des Pays-Bas, battus en finale de la Coupe du monde par l'Espagne, le 11 juillet 2010 à Johannesbourg

 

C’est peut-être parce qu’il n’y a pas d’étoile dans le ciel poussiéreux de Johannesburg que les Néerlandais sont encore passé à côté de la leur. Elle ne flottera pas encore sur ce maillot orange qui attendait d’être décoré depuis trente-deux ans, date de la dernière finale des Pays-Bas en Coupe du monde. Cette fois, c'est l’équipe d’Espagne qui a mis fin à ses rêves de titre Mondial, dans un Soccer City stadium, pourtant couvert de maillots oranges.

Face à un collectif bien supérieur au sien, cette équipe des Pays-Bas a simplement montré ses limites. Plus pragmatique, moins romantique, elle n’est pas pour autant une équipe qui gagne, lorsqu'il faut franchir le dernier obstacle, contrairement à ce qu’espérait son sélectionneur, Bert van Marwijk: «On a essayé de jouer notre jeu, mais il faut avouer qu'on a été un peu impressionnés. Personne ne pensait que nous arriverions en finale. Nous étions proches des penalties. Nous étions si proches. ..» Son plan avait pourtant toujours fonctionné jusque-là, face à des adversaires moins dominateurs dans le jeu, qui ne la privaient pas de ballon. Elle était même la seule équipe à avoir remporté tous ses matchs depuis le début de la compétition.

Pas de coups de génies

Le sacre logique de l’Espagne, dimanche soir, prouve au moins qu’on ne soulève pas une Coupe du monde en rabotant les chevilles de ses adversaires, quand il ne s’agit pas carrément de leur poitrail. La chaussure de De Jong, plantée sur le thorax de Xabi Alonso, restera l’une des images fortes du tournoi. Sur cette action de ninja, Howard Webb n’a pas sorti le carton rouge. Il s’est contenté de brandir dix jaunes aux Bataves, dont deux pour John Heitinga, exclu juste avant le but d'Iniesta

Pendant l’intégralité de cette finale, les coéquipiers de Wesley Seijder - passé au travers de son match - ont donc essayé de bloquer le jeu de passes de la Roja par la manière forte. Voire brutale. Ils ont couru après la balle et tenté par à coups de lancer quelques contres. Mais la vitesse de Robben, battu par Casillas dans ses duels, ne suffit pas. Les Néerlandais ne pouvaient pas éternellement se reposer sur les coups de génies de leurs joueurs offensifs. Ils quittent l’Afrique du sud avec les regrets de ne pas avoir fait déjouer l'Espagne. Mais aussi en dressant le constat d'échec d'un changement d'identité qui demande encore un peu de maîtrise. Peut-être au Brésil, dans quatre ans.

Source 20minutes.fr Romain Scotto

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
12 juillet 2010 1 12 /07 /juillet /2010 05:52

Freha brise le mur de la peur

Freha-Kabylie.jpg

 

«Nous ne baisserons pas les bras devant l’injustice. Nous irons jusqu’au bout pour libérer notre concitoyen», s’écriait un jeune marcheur.

Une semaine depuis l’enlèvement de Lounès Ibarar, entrepreneur âgé de 33 ans à Tala Tgana, les villages de la région des Ath Jennad et des Aït Ghobri sont plus que jamais décidés à résister au chantage des ravisseurs.

Hier matin, au chef-lieu de la commune de Fréha (30 km à l’est de la ville de Tizi Ouzou), ils étaient des milliers à marcher, répondant à l’appel du comité de crise constitué dans l’urgence, au lendemain de la disparition de Lounès Ibarar. «Halte aux kidnappings, libérez Lounès Ibarar!» pouvait-on lire sur les banderoles de la foule silencieuse qui s’ébranlait aux environs de 10h du stade communal vers le siège de la mairie.
Les banderoles brandies par les marcheurs exprimaient toutes l’expression d’un raz-le-bol de la situation sécuritaire régnant depuis des années. La colère allait crescendo. Tout le monde qualifiait ces actes de barbares.

Les jeunes, les vieux, les écoliers. Tout le monde était là pour marcher. Malgré la réticence constatée quant aux déclarations à la presse, beaucoup de personnes n’ont pas hésité à afficher leur soutien indéfectible à la famille de la victime. «Nous ne baisserons pas les bras devant l’injustice. Nous irons jusqu’au bout pour libérer notre concitoyen», s’écriait un jeune marcheur. En cette journée caniculaire de juillet, les citoyens de la région évoquaient avec amertume l’anniversaire de l’Indépendance.

La marche était plutôt silencieuse. Pourtant, elle traduisait une colère et une indignation sans précédent dans la région qui connaît une situation catastrophique sur les plans économique, social et sécuritaire. Les actes d’enlèvement se multiplient et font craindre le pire. Ils sont assimilés au banditisme qu’aucune logique ne peut justifier. Hier à Fréha, l’autorité religieuse était aux côtés des populations.

L’imam marcheur et le mégaphone

L’imam d’Azrou, village natal de la victime, a accompagné les marcheurs sur tout le parcours allant du stade au siège de la mairie. Muni d’un mégaphone, l’imam expliquait avec force hadiths et versets coraniques, les actes en question condamnés par la religion. «Les kidnappings sont contraires à l’Islam dans le fond et dans la forme», expliquait-il. Ses propos visaient sans nul doute à ôter toute couverture ou autre justification religieuse à cet enlèvement. L’imam exhortera également les ravisseurs à libérer leur otage au courant de la nuit.

De son côté, le président de l’APC de Fréha qui a pris part à la marche a appelé à la libération de Lounès Ibarar. «L’homme est dans un état de santé précaire et ne peut guère supporter le supplice», affirmait-il avant de mentionner que la victime participait à toutes les actions charitables de la région et qu’il a contribué financièrement à la construction de plusieurs mosquées. «Lounès n’est pas aussi riche qu’on le pense. Il a acquis son matériel grâce à un crédit bancaire comme tous les jeunes de sa génération», poursuit l’orateur. Depuis son enlèvement, aucune information n’a été rendue publique sur d’éventuels contacts entre les ravisseurs et la famille de la victime. De plus, toutes les tentatives d’obtenir de plus amples informations sur l’évolution de l’affaire ont buté sur le silence des membres de la famille. «Nous vous remercions de compatir à notre douleur mais nous ne voulons pas faire de déclaration», affirmaient les membres de sa famille pour éviter avec tact les questions de la presse. Jusqu’à hier après-midi, aucune nouvelle de la victime ni d’une éventuelle demande de rançon. Certaines sources faisaient, il y a quelques jours, état d’un montant de 3 milliards pour la rançon, mais la famille et les proches ont vite démenti l’information.

Une semaine donc après le kidnapping, aucune source ne peut éclairer la famille sur le lieu où se trouve Lounès Ibarar ni sur son état de santé. Une recherche a été organisée mardi dernier dans le massif forestier de l’Akfadou mais n’a abouti à aucun résultat.
Par ailleurs, et parallèlement à la marche, la ville de Fréha a été paralysée durant la matinée par une grève générale des commerçants à laquelle avait appelé l’Ugca. Autre remarque sur les actions d’hier: aucune source ne voulait se prononcer sur les suites à donner à la mobilisation. L’attente pèse sur la famille et certainement sur la victime.

Cette situation rappelle les précédentes du même genre qu’ont connues les villageois d’Iflissen et de Boghni. Une mobilisation citoyenne spontanée, sans programme ni plan, était restée en veille jusqu’à la libération sans condition des deux victimes. Il est à mentionner également le recours presque instinctif aux structures d’organisation traditionnelles dès que les populations se sentent en danger. Sans armes, la résistance pacifique des villages de la région a toujours été un moyen de défense des populations.

Dernière minute

Libération de l’entrepreneur enlevé

L’entrepreneur I.Lounes, enlevé le 3 juillet par un groupe armé à Freha, a été libéré dimanche matin par ses ravisseurs, après une mobilisation des habitants de la région, a rapporté la radio nationale.

Il a été libéré à l’aube par ceux qui l’avaient enlevé il y a huit jours sur une route près du village de Tala Tgana dans la commune de Fréha.

Source L'Expression Kamel Boudjadi

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0
12 juillet 2010 1 12 /07 /juillet /2010 05:50

Tarascon-sur-Ariège. Vents du Sud commence lundi 12 juillet 2010

ensemble-folklorique-italien.jpg

L'ensemble folklorique italien Citta dei templi.

 

Le festival annuel Vents du Sud, qui permet à chaque communauté de s'ouvrir à la ville, commence lundi. La formule a évolué. Lundi et mardi à partir de 21 heures, sur le parvis du centre culturel, trois concerts gratuits raviront les amateurs avec des formations de styles différents, mais toutes exceptionnelles : l'ensemble folklorique Citta dei Templi venu de Sicile, Los Xustos, qui représente avec brio les traditions des Asturies, la Banda de musica Sanjoanense venue du Portugal et le groupe El Karam qui illustre les traditions artistiques du Maghreb. On pourra juger sur place de la grande qualité de leurs spectacles puisque chaque soir à 18 heures, ces groupes folkloriques feront la parade en parcourant les rues de la ville. Enfin, jeudi, la soirée de clôture sera une apothéose, avec un grand repas interculturel qui mêlera musique et gastronomie. Le menu affichera des spécialités culinaires de l'Italie, de l'Espagne, du Maghreb et du Portugal, une harmonie de saveurs réussie à l'image d'une mixité culturelle parfaitement vécue à Tarascon.

Source La Dépêche du midi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
12 juillet 2010 1 12 /07 /juillet /2010 05:38

Coupe du monde: l'Espagne classe mondiale

espagne-championne-du-monde.jpg

Les joueurs de l'équipe d'Espagne, soulevant la Coupe du monde, le 11 juillet 2010, à Johannesburg

 

C’était donc un mondial de l’inédit. Première organisation africaine. Première victoire d’un pays européen hors de son vieux continent. Et surtout, premier sacre pour l’Espagne, qui a étendue sa domination à la planète en faisant tomber les Pays-Bas (1-0), deux après avoir conquis l’Europe. A Vienne en 2008, la Roja avait atteint un sommet du jeu. Cette souveraineté technique s’est un peu diluée en Afrique du Sud. Mais ce qu’ils ont perdu en qualité de jeu, les ibères l’ont récupéré en intelligence. Car il a fallu un sang-froid monumental pour faire plier cette anti-Hollande, qui elle, avait décidé de laisser les sentiments au vestiaire.

>> Revivez la finale Espagne-Pays-Bas en live comme à la maison par ici

Film d’horreur contre film d’auteur

Même Vicente Del Bosque en a parfois perdu son flegme légendaire. Compressés, agressés, bastonnés, les Espagnols ont un mal fou à se sortir des vilaines griffes Oranje. Quand Van Bommel est à deux doigts de casser la jambe d’Iniesta (22e), ou lorsque De Jong fracasse le thorax de Xabi Alonso (28e), on imagine bien Bert Van Marwijk à la tête d’une superproduction: Mon Sacre à la Tronçonneuse. Mais l’Espagnol n’aime pas le gore. Il donne dans le petit film artisanal, avec de longues séquences de passes redoublées, souvent improductives, sauf quand Ramos place une tête juste au-dessus (11e). Quant à Xavi, le cerveau de l’équipe, il est tout simplement déconnecté du jeu par l’étouffement continu des néerlandais.

>> Toutes images du match sont par là

Cynisme néerlandais

Mais cette façon de se goinfrer de possession de balle, la Roja ne veut pas y toucher. Le style a survécu à la défaite inaugurale contre la Suisse (1-0), pas de raison de l’abandonner si près du but. «Si on doit mourir, on mourra avec nos idées», expliquait Fernando Torres au début de la compétition. La Hollande a moins de scrupule avec l’esthétique qu’elle portait il n’y a pas si longtemps en bandoulière. Elle compte surtout sur Robben, mais le gaucher du Bayern perd deux duels avec Casillas (45 + 1, 62e). Van Bommel ne rend pas les ballons que les Espagnols mettent en touche. Et les cartons jaunes d’Howard Webb sortent souvent souligner la virilité des Néerlandais (huit en tout, plus deux pour Heintinga, expulsé en prolongation).

Iniesta frappe enfin

C’est à ce moment que Soccer City se dit que le cynisme va payer. Que pour la 2e fois consécutive, une équipe d’épiciers va être sacrée championne du monde, et encore aux tirs-au-but. C’est Andrès Iniesta qui va tordre le coup au mauvais sort. Pendant tout le match, le génie au teint blafard du Barça s’est efforcé de ne jamais conclure ses chevauchées par une frappe. Une manie effroyable, qu’il a bien voulu abandonner à quatre minutes de la fin des prolongations pour faire grimper son pays sur le toit du monde (1-0, 116e). Un petit mètre 70, c’est un minuscule escabeau pour la Roja, mais elle n’en redescendra pas pendant les quatre prochaines années.

Source 20minutes.fr Antoine Maes, à Johannesburg

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
12 juillet 2010 1 12 /07 /juillet /2010 05:28

Plusieurs associations algériennes ont été intéressées par cette nouvelle opération de transport.

avion-ryanair.jpg

 

Un important projet concernant l’ouverture d’un vol charter lowcost entre Londres/Manchester et Alger, en faveur de la communauté algérienne résidant en Grande- Bretagne et principalement celle à faible revenu, a du mal à se concrétiser. Une correspondance a pourtant été adressée le 27 mai 2010 à la direction de l’aviation civile et de la météorologie, au niveau du ministère des transports « pour solliciter un accord temporaire d’un vol hebdomadaire (le lundi) pour une période de trois mois, allant du 27 juin 2010 au 27 septembre 2010 ».

Lounis Amir, DG de la compagnie MEA London City, qui a pris attache avec notre rédaction, a souligné au sujet de cette ligne : « Nous exploiterons des aéronefs de type Boeing 737 800 et 737 300, immatriculés et enregistrés au Royaume-Uni, et remplissant les conditions d’exploitation aux normes ‘‘health and safety’’ avec toute l’assistance au sol en Algérie par les sociétés Swissport et SGSIA ». Cette nouvelle desserte permettrait à la communauté algérienne vivant dans le sud et le nord de la Grande-Bretagne d’utiliser les autres aéroports qui ne sont pas desservis par la compagnie nationale Air Algérie et la compagnie britannique British Airways.

Plusieurs associations algériennes ont été intéressées par cette nouvelle opération de transport. Pour MEA London City, l’objectif essentiel est celui de permettre à des familles à faible budget d’aller en Algérie, surtout que cette année le mois de ramadhan coïncide avec le mois d’août. Ce voyage est une opportunité pour faire d’une pierre deux coups : passer une partie des vacances en Algérie et profiter de l’ambiance du ramadhan qui permettra aux jeunes générations de mieux connaître les us et coutumes du pays. C’est aussi une manière de ré-orienter les Algériens vers leur pays d’origine, car pour eux la destination reste très chère. Il faut savoir qu’une famille avec trois enfants peut débourser rien qu’en frais de transport jusqu’à 2500 euros en empruntant les lignes d’Air Algérie ou la British Airways ! La communauté fait aussi un reproche à Air Algérie : les retards fréquents et qui semblent durer dans le temps.

Une autre tendance a été observée : notre communauté s’oriente vers nos voisins, la Tunisie et le Maroc, ou vers d’autres pays méditerranéens tels que l’Espagne et la Grèce qui offrent des prix plus compétitifs avec des packages incluant notamment des facilités hôtelières. MEA s’associe avec des professionnels de l’aérien, les compagnies Air Charter service et la deuxième grande compagnie aérienne British Midland Airways (BMI). Contrairement aux Algériens qui résident en France, ceux qui sont en Grande-Bretagne n’ont pas vraiment l’embarras du choix pour venir au pays. Ils doivent passer par des correspondances ou payer le billet d’un vol direct au prix fort. Ce blocage semble aller à contre-courant de la politique gouvernementale en direction de la communauté installée à l’étranger qui aspire à la consolidation et à la densification des liens entre la communauté et la nation.

Source El Watan Kamel Benelkadi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
12 juillet 2010 1 12 /07 /juillet /2010 05:10

Algérie - Après la reconduction de Saâdane

Le football algérien pris en otage

le stade du 5 juillet Le stade du 5 juillet

 

Devant cette professionnalisation forcée du football, alors que les conditions sont loin d’être réunies, et la reconduction de Rabah Saâdane à la barre technique des Verts malgré un bilan négatif, ainsi que les résultats médiocres des autres disciplines, une voix s’élève, celle de Chérif Tifaoui, pour appeler à “Une intervention au plus haut niveau de l’État”, afin d’éviter “une catastrophe annoncée”.

Maintenant que la fièvre du Mondial est tombée avec les résultats que l’on connaît de la sélection nationale, on s’attendait à ce qu’un état des lieux sans complaisance soit fait pour aboutir à des solutions idoines qui permettraient de sortir le football algérien, en particulier, et le sport national, de manière générale, de la médiocrité dans laquelle ils ont sombré. Malheureusement, il n’en est rien !

Pis, c’est la fuite en avant. C’est ce que dénonce dans sa contribution l’ancien président du Conseil national des sports, Chérif Tifaoui, qui refuse que l’on mette la charrue avant les bœufs. Parlant en connaissance de cause, pour avoir assumé de grandes responsabilités dans les secteurs de la jeunesse et des sports, l’ex-patron de la Fédération algérienne de karaté estime que “l’engouement de la jeunesse pour l’emblème national et son soutien déterminé à l’équipe nationale de football n’ont, à aucun moment, signifié un chèque en blanc à ses responsables, qui se sont trompés lourdement et n’ont pas tardé à le constater”. C’est dire que l’on persiste dans l’erreur, alors que comme le dit si bien M. Tifaoui, “l’après-Coupe du monde et la déroute qui s’en est suivie imposent une nouvelle phase au cours de laquelle un bilan rigoureux apparaît comme une impérative urgence”. Pensant que l’amélioration de notre sport roi ne passe que par la professionnalisation, les responsables du football algérien, en collaboration avec la tutelle, ont lancé le professionnalisme dans cette discipline, sans prendre en considération l’avis des concernés, en l’occurrence les présidents de club.

Ces derniers, qui étaient nombreux à dire que les conditions ne sont pas réunies, ne comprennent pas cet entêtement à appliquer le professionnalisme du moment que l’ultimatum de la Fédération internationale de football association (FIFA) n’expire que dans une année. Il était possible de mieux préparer le terrain pour mettre en œuvre ce projet très important pour l’avenir du football algérien. Mais rien n’y fit, le professionnalisme sera appliqué dès la nouvelle saison avec tous les risques que cela comporte. Il suffit de voir les difficultés rencontrées par les présidents de club pour ficeler leurs dossiers pour s’en convaincre.

Il a fallu que la FAF proroge le délai de dépôt des dossiers pour permettre à tout le monde d’être à jour. Plus nombreux étaient ceux qui n’ont pu remplir les conditions énumérés dans le cahier des charges, signé récemment par le ministre de la Jeunesse et des Sports, Hachemi Djiar.

Selon M. Tifaoui, il s’agit d’un “professionnalisme dévoyé, débridé et des inquiétudes qu’il nous inspire avant même sa mise en place”. Cela n’est guère de bon augure pour le football algérien, dont l’équipe nationale est formée à plus de 90% de joueurs formés en France.  Cette équipe nationale, devenue le sujet quotidien de tous les Algériens ces derniers mois, continue à leur donner des soucis avec l’annonce du maintien de Rabah Saâdane à son poste, bien que son bilan au Mondial ait été jugé négatif par les spécialistes. Et là, l’ancien-nouveau coach national a eu tous les moyens nécessaires pour réussir. Selon certaines sources, pas moins de 130 milliards de centimes ont été dépensés pour… zéro but marqué. On ne peut parler de résultats positifs quand on ne marque pas le moindre but. En dépit de toutes les critiques, Rabah Saâdane n’a pas modifié sa tactique de jeu et a joué pour ne pas perdre.

À partir de là, beaucoup se disent déçus de cette décision de le reconduire, surtout s’il se confirme qu’il gardera son staff actuel. La déception est grande, notamment chez les joueurs locaux qui perdent, avec le maintien de Saâdane, tout espoir de porter un jour le maillot de l’équipe A.

On ne peut comprendre cette opiniâtreté à s’accrocher à l’entraîneur local au moment où de grandes nations du football, dont l’Angleterre considérée comme son berceau, ont opté pour des coaches étrangers sans le moindre complexe. Pour en revenir à Chérif Tifaoui, il ne limité guère sa contribution au sport roi, mais l’étend au sport national et s’interroge “comment peut-on prétendre à un changement qualitatif en l’absence de tout bilan et lorsque les véritables compétences nationales sont marginalisées et exclues du fait de leur refus de servir de faire-valoir à de simples opérations dont les caractéristiques principales sont la manipulation, la fuite en avant et la démagogie ?” Il désigne le décret 05-405, dont “l’application autoritaire et agressive” a provoqué l’implosion du mouvement sportif national, qui “offre une image de démobilisation, de lente agonie et de décomposition”.

À partir de ce triste constat, l’ex-président par intérim du Comité olympique algérien (COA) “appelle l’ensemble du mouvement sportif national à unir ses forces, à reprendre confiance et à débattre ses problèmes pour s’opposer aux dérives actuelles et imposer un véritable renouveau du sport national”. Il aboutira à la conclusion que “seule une intervention au plus haut niveau de l’État peut empêcher la catastrophe annoncée”. C’est un appel, clair comme de l’eau de roche en direction du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, afin qu’il intervienne personnellement pour mettre de l’ordre dans le secteur des sports, dont les résultats, toutes disciplines confondues, sont loin du niveau mondial. Et pourtant, l’Algérie, qui regorge de talents, a donné du fil à retordre à beaucoup d’adversaires de très haut niveau en handball et en football, par exemple, sans oublier les titres mondiaux et olympiques en athlétisme et en boxe.

Les Noureddine Morceli, Hassiba Boulmerka, Nouria Benida-Merah, Aïssa Djabir Saïd-Guerni, Réda Benkaddour et autre Hocine Soltani ne sont pas sortis du néant, mais étaient bel et bien les fruits d’un travail planifié de responsables compétents.

Source Liberté Merzak Tigrine

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2010 7 11 /07 /juillet /2010 17:50

Selon les prévisions de l’ONS, la population algérienne atteindra, en janvier 2011, 36,3 millions d’individus, compte tenu du taux d’accroissement actuel.

Algerie-attentat.jpg

 

Pas d’explosion démographique en Algérie ! L’évolution de la population reste stable. L’Office national des statistiques (ONS) indique que l’Algérie compte, au 1er janvier 2010, 35,6 millions d’habitants. En 2008, l’Algérie comptait 34,8 millions d’habitants. Ainsi, le taux d’accroissement enregistre une légère progression, passant de 1,92% en 2008 à 1,96% en 2009. Et si ce taux se maintient, l’Algérie aura une population de 36,3 millions en janvier 2011. Selon l’ONS, les mariages, les naissances et les décès continuent à augmenter au même rythme que celui enclenché en 2003. En 2009, la population a augmenté de 690 015 personnes, en valeur absolue, par rapport à l’année précédente. Et le nombre des naissances a atteint 849 000, avec une progression de 4% en 2009 par rapport à 2008, indique l’Office, tout en soulignant que la mortalité est plus importante durant la même année avec un taux d’accroissement de 4,51%.

Les mariages, quant à eux, ont connu une évolution de 3%, ce qui représente quelque 341 000 nouvelles unions en 2009. La population reste relativement jeune. 28,2% des Algériens ont moins de 15 ans et 10% ont moins de 5 ans. Ce qui consolide les chiffres représentant un accroissement des naissances. La tranche d’âge de 15 à 59 ans représente toujours la majorité avec un taux de 64,4% de la population globale. Le troisième âge (60 ans et plus) vient en dernier avec 7,4%. L’ONS fait état aussi d’un nombre important de femmes qui ont atteint l’âge de procréer. Elles sont 10 millions de femmes, soit près d’un tiers de la population. Cette donnée peut booster la natalité dans un avenir proche, si le nombre de mariages augmente de manière significative. L’évolution récente du nombre de naissances indique que la natalité, en Algérie, maintient le cap vers un niveau de plus en plus élevé, relève l’ONS.

Le nombre de nouveau-nés de sexe masculin dépasse légèrement celui des filles. Autrement dit, en 2009, il y a eu 105 garçons pour 100 filles. La mortalité est également en légère hausse en 2009 : il y a eu 6000 décès de plus par rapport à 2008. La mortalité infantile est en revanche en baisse, passant de 25,5% en 2008 à 24,8% en 2009. L’espérance de vie est maintenue à 75,5 ans. Elle est de 74,7 ans pour les hommes et 76,3 ans pour les femmes. Elle est restée presque au même niveau observé depuis 2006 (75,7 ans). Quant au nombre de mariages, il a augmenté de 3% entre 2008 et 2009. La population algérienne a plus que doublé depuis les années 1960. Son accroissement moyen annuel est estimé à 3,2%.

En 2002, l’Algérie a cependant enregistré l’évolution de la population la plus basse d’Afrique avec seulement 1,68%. Si dans les années 1970, la population algérienne était fortement concentrée dans le milieu rural, la tendance s’est inversée à partir des années 1990 avec un exode rural massif et un entassement tout autour des grands centres urbains du nord du pays. Aujourd’hui, la population occupe seulement 4% de la superficie de l’Algérie, quatre fois plus grande que la France.

Source El Watan M.A.O.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2010 7 11 /07 /juillet /2010 17:47

Phase d’installation des stations TNT

tele-ariege.jpg

La dénomination TNT est synonyme d’explosion technologique de par le monde. En clair, c’est la télévision numérique par voie terrestre. Il s’agit du passage du plan analogique à celui numérique. Un challenge pas du tout « terre à terre » pour l’Algérie. La preuve : trois stations TNT viennent d’être installées : Tessala (Sidi Bel Abbès) pour l’Ouest, Chréa (Blida) pour le Centre et Kaf Lakhal (Constantine) pour l’Est.

Aussi, la TNT, consiste à transmettre des programmes télévisés sous forme d’un signal numérique (norme : MPEG/DVB-T) à partir d’émetteurs placés au sol (et non par satellite). L’appellation « Télévision numérique terrestre (TNT) » recouvre une mutation technologique qui étend le principe de la numérisation du signal à sa diffusion terrestre, sur le modèle utilisé par les réseaux câblés ou les bouquets satellitaires. Outre les qualités d’image et de son reconnues au numérique, la TNT permet la multiplication du nombre de chaînes émises par voie hertzienne terrestre jusqu’à une quarantaine de chaînes TV par site d’émission. Donc, la TNT est un mode de diffusion terrestre de la télévision dans lequel les signaux vidéo, audio et de données ont été numérisés, puis ordonnés dans un flux unique (on parle alors de multiplexage), avant d’être modulés, puis diffusés, c’est-à-dire transportés jusqu’au téléspectateur via les ondes électromagnétiques.

Ce qui ouvre à la télévision hertzienne les mêmes perspectives de services interactifs que celles qui sont actuellement présentes sur le câble et sur le satellite. La radiodiffusion numérique utilise le spectre radioélectrique de manière beaucoup plus efficace que la radiodiffusion analogique. Avec la télévision de Terre, on peut acheminer quatre à six programmes numériques dans la largeur de bande dont on a besoin actuellement pour diffuser un seul programme TV analogique ; cette efficacité accrue constitue un des avantages du numérique. Les téléspectateurs, pour bénéficier de cette avancée technologique, doivent se procurer un adaptateur ou faire l’acquisition d’un téléviseur numérique de décodeur intégré (incorporé).

Pour ce faire en Algérie, ce fut un long process. C’est lors de la conférence de Genève, en 2006, de l’UIT(Union internationale de télécommunications) que tout a commencé. L’on y avait décidé le partage du spectre de fréquences dans la perspective du lancement de la TNT d’une manière équitable. L’UIT a divisé le monde en trois parties. Zone 1( Europe et Afrique), Zone 2 (Etats-Unis et Amérique Latine) et Zone 3(Asie) et ce, en adoptant les signaux similaires pour éviter les interférences. Le Plan actualités, analogique, régissant la Zone1(Europe et Afrique) est le Plan de Genève de 1962. Un acte analogie en vigueur reconnu par l’Europe et l’Afrique et par l’UIT. Aussi, en matière de fréquences, l’UIT a doté chaque site de huit canaux pour chaque pays (Europe et Afrique).

Concrètement, l’Algérie sera dotée d’environ 800 sites. A titre indicatif, l’analogique, c’est un programme pour un canal et le numérique, c’est une fréquence qui peut supporter jusqu’à huit chaînes. Et ce, de par des équipements de compressions de l’image et du son et le transport à travers des réseaux pour la télévision numérique. A savoir MPEG2 (6 chaînes pour une fréquence) et MPEG4 (8chaînes pour une fréquence). Un décodeur (un boîtier) fabriqué en Algérie comme le MPEG2 coûtant environ 2000 DA. Son achat peut être subventionné par l’Etat. En tout cas, l’Etat est en train de réfléchir à une formule de participation. En Italie, le gouvernement a carrément offert les décodeurs (TNT) aux téléspectateurs pour combler les disparités sociales.

En France, les catégories démunis de la population se sont vues rembourser l’achat du décodeur. Le premier Multiplex (une sorte de container) a été installé pour supporter les chaînes nationales avec la technologie MPEG (2 et 4). Par exemple, dans le cadre du lancement de la TNT, le site de Chréa sera doté de 8 fréquences. Et chaque fréquence comptera 6 chaînes. Ainsi, ce site renfermera 48 chaînes. Une aubaine et une chance inespérée quant à une éventuelle ouverture du champ médiatique audiovisuel en Algérie. L’Europe observera l’arrêt définitif de l’analogie, les bandes UHF et VHF, en 2015. L’Afrique et le Moyen-Orient, l’UHF cessera en 2012 et la VHF, par contre, continuera jusqu’à 2014. « En Algérie, c’est une chance inouïe. La bande UHF n’a jamais été utilisée. Elle est vierge. On ne fait pas d’arrêt. On entre de plain-pied dans le numérique. Beaucoup de pays nous envient pour cela. Il n’y a aucun réaménagement de fréquence à effectuer en Algérie.

Techniquement, on est prêt pour l’ouverture du champ audiovisuel. C’est une autoroute ! Si l’on décide d’ouvrir le champ médiatique, l’on trouvera les infrastructures disponibles », expliquera Mohamed Maddour, directeur des études et du développement à la TDA (Télé-diffusion Algérie).

Un long processus

La préparation proprement dite de la TDA (Télé-diffusion Algérie) et son projet de lancement a commencé en 2002, avec la formation des cadres, ingénieurs et techniciens algériens à l’étranger (pour la petite histoire, les stagiaires devenus formateurs ont réalisé le plan numérique de certains pays notamment voisins), l’acquisition de logiciels de calculs (une base de calculs très puissante), la création d’un bureau d’études allemand à l’issue d’un appel d’offres international pour le plan numérique et s’est dotée de stations pour l’expérimentation de la TNT à travers d’essais réels à partir du site de Bordj El Bahri et Bouzaréah, et ce, en plaçant des émetteurs de simulation sur ordinateur cartographique numérique, et le lancement de cahiers de charges pour l’achat des des équipements.

Aussi, trois grandes stations TNT celle de Tessala (Sidi Bel Abbès), Chréa (Blida) et Kaf Lakhal (Constantine) ont été installées par un hélicoptère suisse, spécialisé dans la pose d’antennes TNT, des pylônes de 150m de hauteur et par des ingénieurs algériens sous la direction d’un superviseur étranger. Actuellement, en 2010, l’installation des stations TNT est en cours et se poursuivra pour arriver dans un premier temps à un réseau de 200 stations et ensuite couvrir l’ensemble du pays d’une manière graduelle. A l’image des autres stations pour Sidi M’cid, Meghriss, Aïn Sour et Mecheria. L’objectif de la TDA est celui de couvrir entre 70% et 80% de la population algérienne, fin 2013. A titre illustratif, la liaison fibre-optique reliant Alger à Tammanrasset équivaut au réseau complet de la Belgique. Par analogie, la Tunisie n’est dotée que de 17 stations et le Maroc ne cible que les grandes villes. C’est dire de l’ampleur du projet de la TNT en Algérie qui compte environ 800 sites.

La TNT en chiffres

3 stations déjà installées : Tessala (Sidi Bel Abbès), Chréa (Blida) et Kaf Lakhal (Constantine). 80% est le taux de couverture de la population algérienne à la fin de l’année 2013. 800 sites sont prévus à travers le territoire national. 8 canaux (chaînes) pour une fréquence 48 Chréa sera doté de 8 fréquences. Et chaque fréquence comptera 6 chaînes. Ainsi, ce site renfermera 48 chaînes.

Source El Watan K. Smaïl

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2010 7 11 /07 /juillet /2010 05:49

Mondial 2010 - Espagne - Pays-Bas : Une finale inédite pour l’histoire

trophee-coupe-du-monde.jpg

 

La Coupe du monde de football baissera le rideau aujourd’hui après 64 matches pleins d’émotion, de suspense et de spectacle. Tous les regards seront braqués ce soir sur la finale qui opposera la crème du football mondial durant cette édition.

L’Espagne et les Pays-Bas, deux des meilleures équipes du tournoi, s’affrontent dans une finale inédite pour l’histoire sachant que leur palmarès est encore vierge. L’Espagne, qui atteint pour la première fois une finale de Coupe du monde, veut confirmer l’adage qui dit : « Pour un coup d’essai, un coup de maître ». Sur le plan collectif, c’est la meilleure équipe de la planète. Un football synchronisé résolument tourné vers l’offensif fait d’enchaînement de petites passes. C’est avec la reconnaissance même de l’entraîneur néerlandais, Van Marwijk, et de l’ancienne légende du football hollandais, Johan Cruyff qui souhaitait une victoire de l’Espagne au détriment de son pays d’origine à cause de son football spectacle inspiré du Barça dont il était le créateur. Les Pays-Bas sont moins spectaculaires, mais tout aussi solides en défense et efficaces en attaque. La Hollande étant la seule équipe à avoir gagné tous ses matches du tournoi, elle veut terminer la compétition par une autre victoire qui lui permettrait d’inscrire son nom au palmarès des vainqueurs après deux échecs successifs (1974 et 1978). Avec ses deux fers de lance, Sneijder et Robben, la Hollande peut déjouer les pronostics et les prédictions de Paul, le poulpe, ayant opté pour l’Espagne.

Source El Watan S.M

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2010 7 11 /07 /juillet /2010 04:30

Coupe du monde: Un lot de consolation pour l'Allemagne

allemagne-troisieme-2010.jpg

 

Les joueurs de l'équipe d'Allemagne, lors de leur victoire face à l'Uruguay, lors de la petite finale, le 10 juillet 2010 à Port-Elizabeth

Ils n’avaient pas vraiment besoin de cela pour être accueillis par des sourires, lundi matin, à leur retour en Allemagne. Mais en remportant cette petite finale face à l’Uruguay (3-2), les joueurs de la Mannschaft ont au moins retrouvé le leur, samedi soir. Cette victoire reste celle du match des perdants, de ceux qui ont vu leur rêve se briser en demi-finale. Elle permet néanmoins à l’équipe de Joachim Löw de rentrer au pays sur une victoire, et avec la même médaille que celle qu’ils avaient conquise chez eux, il y a quatre ans.

Sous le déluge de Port-Elizabeth, sur les bords de l’Océan indien, ce match n’a pas trahi la réputation des petites finales, toujours fournies en buts et en spectacle. Celle-ci a basculé à huit minutes de la fin du match, lorsque Khedira a libéré l’Allemagne et donné raison à Paul le poulpe, toujours irréprochable. A la suite d’un corner, le milieu de terrain de Stuttgart profite d’un cafouillage devant la surface pour placer une tête et tromper Muslera.

Forlan sur la barre

Avant cela, l’Uruguay a cru tenir un nouvel exploit, après l’égalisation de Cavani et un nouveau but de Diego Forlan, sur une reprise de volée de grande classe. Grâce au meilleur joueur charrua du tournoi, ce match aurait même pu prendre une tournure un peu folle si, à deux minutes de la fin, son coup franc de la dernière chance ne s’était pas écrasé sur la transversale.

Cela n’empêchera pas la Céleste d’hériter définitivement du statut de révélation de ce Mondial. Pour cette équipe, qui n’avait pas disputé de match pour la troisième place depuis quarante ans, il n’y a rien de honteux à s’incliner contre une jeune équipe d’Allemagne. Sans Lahm et Podolski, malades et en laissant Klose sur le banc – qui n’égalera donc pas le record de buts de Ronaldo en phase finale (15) – la Mannschaft a fait confiance à quelques remplaçants et Thomas Müller (co-meilleurs buteur avec Villa et Sneijder grâce à son 5e but)  pour effacer sa défaite en demie face à l'Espagne et décrocher cette troisième place. Elle assure au passage à l'Europe une présence hégémonique sur le podium du tournoi, avant la finale entre les Pays-Bas et l’Espagne. Pas mal pour un continent qui n’alignait que quatre représentants en quarts de finale.

Romain Scotto

Source 20minutes.fr Romain Scotto

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0